LES QUESTIONS À SE POSER AVANT D'INVESTIR DANS LE LOCATIF

CE QU'IL FAUT SAVOIR AVANT DE PASSER DEVANT LE NOTAIRE !
LES QUESTIONS À SE POSER AVANT D'INVESTIR DANS LE LOCATIF
Avant de placer son argent dans le locatif, il est nécessaire de se poser quelques questions afin de prendre le moins de risques possibles.

Le capital est-il garanti ?

Le capital n'est pas garanti car le marché peut évoluer, et les prix des biens augmenter. Le meilleur moyen de se protéger est de choisir son bien dans un secteur à forte demande locative.

L'argent est-il disponible ?

Il est partiellement disponible. En effet vous pouvez toujours revendre le bien. Cependant, si vous avez fait des déficits fonciers, vous devez conserver le bien trois ans, après le dernier déficit déclaré, pour ne pas perdre cet avantage fiscal.

Combien ça rapporte ?

Cela dépend de la taille et du lieu du bien mais le rendement oscille entre 3 et 6 %. Sans compter une éventuelle plus-value.

Quelle est la règle fiscale ?

Les revenus fonciers sont imposables à l'impôt sur le revenu selon deux régimes différents.
 
  1. Le micro foncier : Il s'applique de plein droit si vos revenus fonciers ne dépassent pas 15 000 euros dans l'année. Aussi, vous ne devez pas être propriétaire d'un bien placé sous un des régimes fiscaux spécifiques, hors Scellier ou Malraux réduction d'impôt. Les loyers sont imposables sur 70 % de leur montant au barème progressif de l'impôt sur le revenu et ils sont soumis aux prélèvements sociaux au taux de 15,5 %.


    Les frais r&eagrave;els. Ce régime s'applique obligatoirement si vous avez plus de 15 000 euros de recettes et, en option, pendant trois ans minimum pour ceux qui ont moins de 15 000 euros de loyers. Avec ce système, vous pouvez déduire la totalité des charges. Quand celles-ci dépassent le montant de vos revenus locatifs, vous dégagez un déficit foncier. La part du déficit provenant des intérêts d'emprunt est reportable pendant dix ans. Le déficit issu des autres charges est imputé sur le revenu global du contribuable dans la limite de 10 700 euros par an. Votre investissement vous procure ainsi une économie d'impôt. Le surplus de déficit vient en déduction des bénéfices fonciers réalisés au cours des dix années suivantes.


     
La plus-value immobilière est imposable à 19 % plus 15,5 % de prélèvements sociaux, c'est-à-dire à 34,5 %. Au bout de vingt-deux ans de détention du bien, elle est exonérée (trente ans pour les prélèvements sociaux).

Les conseils Lexpress.fr pour 2016

Les prix dans l'ancien ayant baissé, il est possible de mieux acheter, en effet, la capacité de négociation est supérieure dans l'ancien par rapport au neuf. De plus, cette baisse permet également de créer des déficits fonciers en cas de travaux.
Lexpress.fr Retour à la liste des actualités
Compte client :