Immobilier : Les bons plans pour investir

Ne vous trompez pas avant d'acheter un logement locatif, dans l'ancien, dans le neuf, voici quelques conseils.

La majorité des placements ont vu leur rendement dégringoler à cause du niveau historiquement bas des taux d’intérêt. Le malheur des uns fait le bonheur des autres. Effectivement, cette désagréable nouvelle pour les épargnants se révèle être bénéfique pour les investisseurs qui veulent acheter dans l’immobilier. Vous pouvez potentiellement emprunter autour de 1% sur vingt ans en fonction de votre dossier. Favorisez les grandes métropoles pour un premier investissement. « À long terme, ce sont celles qui présenteront le plus grand potentiel de valorisation et assureront aussi une vacance locative moindre », conseille Sébastien de Lafont, président de Meilleursagents. Investir dans l’immobilier comporte des risques et ceci peu importe le bien, alors attention.

Sans compter les risques liés à la surévaluation de la valeur du bien immobilier et de sa valeur en cas de location, « Il existe aussi des aléas techniques, par exemple copropriétés anciennes dégradées ou malfaçons sur le chantier, et des risques juridiques avec des montages exotiques dont les investisseurs ne mesurent pas toujours les conséquences », met en garde Ganaëlle Soussens, avocate spécialisée dans le droit immobilier à Paris. Afin de minimiser ce risque, tranchez avec soin sur votre investissement en suivant ces conseils.

Focus sur Lille

22% des Lillois sont étudiants et une majorité d’entre eux cherche à se loger dans les secteurs proches du centre. Nombreux sont les investisseurs à chercher dans le Vieux-Lille et autour de République, Vauban ou encore Gambetta. Dans ces secteurs, les studios et deux-pièces se vendent de 3 500 à 5 000 €/m². Autre possibilité : acheter un deux ou trois-pièces dans le nord de Wazemmes, la partie la plus proche du centre-ville. Ils valent entre 2 000 et 2 500 €/m² et se louent sans problème entre 12,50 et 14 €/m²/mois.

Lille possède aussi un attachement pour les amateurs de défiscalisation. Effectivement, les opérations pour des biens neufs affichent des taux de rendement de 3,5 à 4% dans les secteurs les plus sûrs.



Source : immobilier.lefigaro.fr